Réaction

Le vote des jeunes et la variabilité des sondages

Je me suis réveillée ce matin avec ceci dans mon fil Facebook:

Diagramme en bandes des intentions de vote des 18-34 ans auquel il a été ajouté «qui répondent au téléphone» superposé au-dessus d'une image de Ozzy Osbourne qui dit «What the fuck is that?» lorsque sonne un téléphone
Source: Franjeançois Vrobençal, Facebook

En haut, on trouve un diagramme en barres tiré d’un article du Devoir paru hier soir à 21h121 et amendé par Jean-François Provençal des Appendices. En bas, on retrouve ce qu’on appelle un meme. On y voit une image de l’émission de télé-réalité The Osbournes dans laquelle le métalleux déchu Ozzy Osbourne ne sait pas ce qui se passe lorsque le téléphone sonne2.

Il faut lire jusqu’au bout

L’ajout de «qui répondent au téléphone» après «18-34 ans» suppose que les sondages sont encore menés en appelant des numéros de téléphone tirés au hasard du bottin. Comme j’ai expliqué dans la section Sondages du b.a.-ba des élections, les maisons de sondage ont développé des nouvelles méthodologies pour s’adapter aux nouvelles habitudes communicationnelles.

Et justement, si on lit l’article du Devoir jusqu’à la fin, on retrouve cet encadré concernant la méthodologie:

Méthodologie

Le nouveau sondage Web de Léger a été réalisé auprès de 1010 Québécois ayant le droit de vote du 24 au 28 août, alors que la campagne était commencée. Par comparaison, un échantillon probabiliste similaire aurait une marge d’erreur d’environ plus ou moins 3%, 19 fois sur 20. (je souligne)

Donc le «problème» avec ce sondage n’est pas une méthode périmée dans notre monde de téléphones intelligents.

Sondages divergents

Capture d'écran du Baromètre élections 2018 pour les 18-34 ans en date du 28 août 2018
Source: Berthiaume, Marc-Antoine. Tweet. @maberthiaume2, 28 août 2018.

Marc-Antoine Berthiaume a soulevé sur Twitter un questionnement beaucoup plus pertinent:

Comment expliquer que chez @leger360, pour les 18-34 ans, #QS arrive en 5ème place avec 8% et que @MainStResearch place en 2ème position avec 23,4%? C’est un écart de 15,4%!

Il contraste ainsi le diagramme du Devoir basé sur les données du sondage Léger avec les données du Baromètre élections 2018 de Mainstreet. Cet outil est financé par le Groupe Capitales Médias qui regroupe des quotidiens francophones de Gesca (filiale de Power Corporation) qui ont été rachetés par Martin Cauchon3. L’abonnement pour les particuliers est payant4.

Bryan Breguet de Too Close To Call lui a répondu:

Facile: tailles d’échantillon petites. Donc variance est grande

mais a rapidement ajouté:

Cela étant dit la différence est un peu grande ici, je l’avoue

Regardons de plus près en plaçant les données côte à côte:

Mainstreet
avant répartition
Léger5
après répartition
Écart
n pondéré = 602 (sur 2350) 165 (sur 1012)
CAQ 25,3% 26% +1
QS 23,4% 8% -15
PLQ 22,1% 35% +13
PQ 12,1% 16% +4
PVQ 4,7% 9% +4
PCQ 1,2% 3% +2
NPDQ 3% +3
Autres 1,6% 0% -2
Indécis 9,7%

On constate tout d’abord que les données de Mainstreet sont avant répartition puisqu’elles comprennent un pourcentage de personnes indécises. Les résultats ventilés de Léger sont toujours après répartition.

Il est donc normal que les pourcentages de Léger soient plus élevés que ceux de Mainstreet: la somme des intentions de vote pour Léger est de 100% tandis qu’elle est de 90% dans Mainstreet6. Ça explique tout le bleu qu’on retrouve dans la colonne qui indique la différence entre les deux.

On peut par ailleurs supposer que la présence de 1,6% de jeunes qui ont l’intention de voter pour un autre parti dans Mainstreet et leur absence dans Léger est compensé par la présence dans ce dernier sondage de 3% de jeunes qui voteraient pour le NPD Québec. Autrement dit, probablement qu’une bonne part des jeunes qui voteraient pour un «autre» parti dans Mainstreet voterait en fait pour le NPD Québec.

Sauf que ce n’est pas cette différence qui a fait sursauter les Zinternetz. En plaçant les données côte à côte et en ordonnant les partis en fonction de leur score dans Mainstreet, on voit immédiatement là où les sondages divergent: les intentions de vote pour Québec solidaire et pour le Parti libéral du Québec (toujours chez les 18 à 34 ans).

Alexandre Blanchet, docteur en science politique, démontre bien l’incertitude inhérente aux sondages dans un exposé intitulé «Sous le capot des sondages: Un petit guide pour les journalistes et autres geeks». (Attention: les deux fois que j’ai ouvert la page, elle semble avoir fait planter ma connexion Internet.)

la bonne question à se poser n’est souvent pas de savoir quel sondage est meilleur qu’un autre, mais plutôt de savoir de quelle réalité il est le plus probable que ces sondages émanent. Les sondages sont une manifestation de la réalité qui nous intéresse. Ils en sont une manifestation plus ou moins précise, et parfois plusieurs réalités différentes pourront être cohérentes avec les sondages que nous observons. Avec le scénario de l’élection de 2003 où la réalité était claire et nette, nous avons obtenu des sondages qui étaient eux aussi très clairs: le PLQ menait, le PQ était deuxième et l’ADQ était troisième. Avec le scénario de l’élection de 2012, où les intentions de vote étaient beaucoup plus serrées, plusieurs réalités étaient concordantes avec les sondages que nous obtenions.7

En effet, les sondages peuvent changer sans que la réalité sous-jacente ne change.

En attendant que j’aie le temps de me plonger dans le sondage de Léger, je vous invite à lire le délicieux article de The Gazette sur le sujet, qui conclut en disant que:

many Quebecers are still indulging in a favourite pastime, which is to vote strategically8

(Le débat a continué sur Twitter: pour savoir où il en est rendu, il suffit de lire le billet suivant, «Marge d’erreur et sondages divergents».)

Notes

  1. Baillargeon, Stéphane. «Sondage: le PLQ et la CAQ champions des jeunes». Le Devoir. 28 août 2018.
  2. Numéro 3 dans Stryker, Sam. «26 Times “The Osbournes” Were The Funniest Family On TV». BuzzFeed (blogue), 18 novembre 2015.
  3. Le Soleil (Québec), La Voix de l’Est (Granby), La Tribune (Sherbrooke), Le Nouvelliste (Trois-Rivières), Le Droit (Ottawa et l’Outaouais québécois) et Le Quotidien (Saguenay).
  4. Noreau, Pierre-Paul. «Suivre les intentions de vote en temps réel!» Le Droit. 14 août 2018.
  5. «La politique provinciale au Québec». Léger, 29 août 2018, p. 4.
  6. 100%-9,7% de jeunes indécis = 90,3%
  7. Blanchet, Alexandre. «Sous le capot des sondages: Un petit guide pour les journalistes et autres geeks». Alexandre Blanchet, PhD (blogue), 23 août 2018.
  8. «plusieurs Québécois et Québécoises s’adonnent encore à un de leurs passe-temps préférés: le vote stratégique». Tiré de Authier, Philip. «Quebec Election: CAQ Leading, but Liberals Still in the Game, Poll Shows». Montreal Gazette. 29 août 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *